• Jardin sur Cour

Gaétan Borg : « Anatole a un besoin existentiel de séduire »



Après un automne au Lucernaire à Paris, la pièce musical qui joue un tour au temps vous attend au Festival OFF d'Avignon dès le 7 juillet 2022. Rendez-vous au Théâtre L'Arrache-cœur.


On y découvrira le romantisme de Vienne au XXe siècle, on y dansera sous les airs d'Offenbach et bien sûr, on y parlera d'amour, comme une intemporelle ritournelle qui envoute puis disparait.


Qui est Gaétan Borg, interprète d'Anatole ? Comment cette histoire de séduction et de jeu amoureux l'a-t-elle convaincu ? Interview de Gaétan Borg.


Tu es à la fois auteur et comédien. Comment répartis-tu ton temps et tes envies artistiques entre ces deux métiers ?


Je ne peux plus m’imaginer l’un sans l’autre : l’immédiateté du plateau et l’infini des possibles devant la page blanche sont deux drogues dures aux effets secondaires différents mais qu’il s’agisse d’élaborer un personnage ou un texte, dans les deux cas, c’est finalement ce jeu de construction sensible qui m’enthousiasme.


J’ai mes obsessions, mes thèmes de prédilection mais je suis convaincu que les envies artistiques naissent avant tout des rencontres. Depuis quelques années déjà, j’ai la chance d’écrire avec un auteur chevronné, Stéphane Laporte, qui m’a fait confiance et tant appris. J’ai récemment connu le bonheur d’être dirigée par Virginie Lemoine sur Suite française, par Hervé Lewandowski sur Le Jeu d’Anatole, d’avoir assisté Patrick Alluin sur Exit, de collaborer avec des compositeurs remarquables : Stéphane Corbin sur 31, Didier Bailly sur Exit... C’est comme ça que je souhaite continuer à écrire ou à jouer : au sein de petites familles artistiques dont je partage les valeurs et l’exigence.


Jongler entre les deux disciplines demande une certaine organisation mais les projets d’écriture s’étalent sur plusieurs mois et les contrats de comédiens sont plus concentrés dans le temps. J’arrive à concilier les deux, mais jamais sur le même projet. C’est la seule frontière que je me suis fixée entre mon chapeau d’auteur et de comédien, par souci de légitimité et pour pouvoir me consacrer pleinement à une tâche.


Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer à cette pièce musicale Le Jeu d’Anatole ou les Manèges de l’Amour ?


Je pensais que la pièce racontait le parcours d’un Dom Juan, et dans ma tête, ce thème classique, dont je connais mal la complexité, se mélangeait avec la misogynie, le sexisme et une ribambelle de clichés. C’est en assistant à une lecture du texte que j’ai découvert la profondeur du propos et la sensibilité du personnage, dans laquelle je me suis reconnu à ma plus grande surprise. Enfin avec cette équipe, je savais que j’étais entre de bonnes mains.





Tu interprètes Anatole. Comment définirais-tu ce personnage ?


Pour résumer, c’est un dandy, un oisif charmant qui a fait de la multiplication des conquêtes amoureuses un projet de vie. Il est entier, il fuit l’ennui et surtout il a un besoin existentiel de séduire et de jouer. C’est ce besoin vital qui le rend intéressant et attachant.


Une des questions posées par la pièce est « Qu’est-ce qui fait courir Anatole ? ». Que répondrais-tu ?


Il faut venir voir la pièce pour avoir la réponse ! Bien sûr, on pourrait répondre « l’amour » - c’est un passionné des femmes et des complications de l’amour - mais on découvre qu’au fond, la grande quête d’Anatole, c’est autre chose...


Après un automne au Lucernaire à Paris, la pièce musical qui joue un tour au temps vous attend au Festival OFF d'Avignon dès le 7 juillet 2022. Rendez-vous au Théâtre L'Arrache-cœur.


Suivez Le Jeu d’Anatole ou les Manèges de l’Amour sur Facebook.